dimanche 21 février 2016

Le Havre // sauvé par les Monuments historiques

Les îlots d'habitation V40 et V41 de l'Atelier Perret "Monument historique"

On peut maintenant partir d'ici l'esprit tranquille... Les ISAI seront dans peu de temps classés au titre des Monuments Historiques. Il faut féliciter Fred et Pascal, résidents et défenseurs des ilôts V40 et V41 (v40v41.fr), à l'initiative de cette demande approuvée par la CRPS (Commission Régionale du Patrimoine et des Sites) et par tous les copropriétaires (à l'unanimité). Nous le savons, tous, ici et ailleurs, malgré l'Unesco, le "Label XXe", l'AVAP, "Ville d'art et d'histoire", et toutes les initiatives prises par la Ville depuis quelques années, le centre reconstruit n'est absolument pas à l'abri des destructions et des restaurations destructrices. Beaucoup les ont déjà remarquées le long de la rue de Paris où les finitions, qui signent la qualité du béton Perret (banché, ciselé, grésé, bouchardé, lasuré), ont été effacées par un sablage grossier ou cachées sous un indécrottable barbouillage de peinture grisâtre ou marronnasse. Mais ce n'est encore rien, relativement à ce qui se prépare... Il fallait donc en revenir une fois de plus à la sécurité des bons vieux "MH" de la Monarchie de Juillet. Ici, ils marquent l'aboutissement d'un travail de valorisation, et un soulagement, car on peut aujourd'hui compter sur les habitants pour défendre eux-mêmes et dans l'indépendance politique leur patrimoine. Quelque soit l'avenir, ce bout de Reconstruction n'est plus sous la menace d'une incompétence de décision ou d'expertise... Ici, non seulement les façades sont protégées, mais aussi les espaces communs (cours, halls, escaliers), l'intérieur du café "Au Caïd", ainsi que deux logements, dont l'Appartement témoin Perret. Question prestige, chaque lieu va pouvoir arborer la célèbre plaque émaillée au labyrinthe. Quant aux arguments, inutile de les lister, ils sont illustrés dans les photographies ci-dessous : la bonne préservation du bien et la continuité entre intérieurs et extérieurs, depuis l'échelle monumentale des perspectives donnant sur l'église Saint-Joseph et l'Hôtel de Ville, jusqu'aux détails qui entourent chaque porte d'entrée. Un exemple, pour l'anecdote, les poignées dans les halls : en acier peint dans les immeubles bas et en inox dans les tours, en fonction du nombre de passage. C'est un cas parmi tant d'autres, permettant d'illustrer le sens tout "perretien" de l'économie et du détail....