dimanche 24 juillet 2016

Guillerme et Chambron // moderne-chic-j'sais-pas-quoi



Je viens juste de découvrir le blog "le zoo du Giraffidé" avec quelque-chose "d'énorme", comme on dit : l’émission Maison à vendre qui, par malheur, est tombée sur un parfait intérieur Guillerme et Chambron... Je n'en dirai pas plus, voyez le résultat en lisant l'article : Home staging.

jeudi 21 juillet 2016

Table rase // histoire des bombardements



.
Les attaques chaotiques, dispersées, individualisées (utilisant soit des drones, soit des individus endoctrinés pour être "dronisés") remplacent aujourd'hui les bombardements aériens, reléguant cette méthode dans un passé distant. Les habituelles justifications, qui mettaient en avant l'efficacité et la précision des bombardements, disparaissent après avoir atteint un paroxysme médiatique -touchant au ridicule- avec les "frappes chirurgicales" en Irak, en 1990. Ainsi s'achève l'un des derniers mythes modernes, et son histoire est déjà décrite par Thomas Hippler dans Le gouvernement du ciel. Histoire globale des bombardements aériens (Les Prairies ordinaires, 2014). C'était à faire, et c'est fait. Beaucoup vont cesser de demander "Pourquoi ?" en attendant une fine description stratégico-militaire ; il suffit de savoir que poètes et stratèges imaginaient à cette époque qu'une purification globale par le ciel était la meilleure méthode pour s'approprier et transformer un territoire... L'auteur donne le lieu, la date, et un nom, pour définir cette invention : le bombardement de Tripoli par l'Italie, en 1911, sous l’œil admiratif de Filipo Tommaso Marinetti, lui-même... "Marinetti, chef de file d'une avant-garde provocatrice, devient alors le chantre de l'audace, de l'énergie, du mouvement agressif, de la révolution technologique, de la brutalité sous toutes ses formes esthétiques. Il se rapproche des milieux nationalistes italiens et milite pour l'entrée en guerre de son pays. Aux côtés du futuriste Mario Carli et de l'agitateur Benito Mussolini, il fait partie des 119 personnes présentes le jour de la fondation, en mars 1919, des Faisceaux italiens de combat." nous dit Wikipedia... C'est le sang rouge artériel de la modernité brandissant la pureté, la vitesse, l'universalité, assumant la violence, qui s'oppose au sang bleu, anoxique, d'une tradition à rénover. Finesse, stabilité, territorialité : c'est fini ! À Bas ! Toutefois, le dévoilement de cette vérité sur les bombardements n'est pas si nouvelle. On pouvait comprendre le principe avant Hiroshima et Nagasaki, avant même la destructions des villes européennes en 1944. Pour le savoir, il faut lire un texte d'André Fribourg (1887-1948), professeur d'histoire, publié en septembre 1939 dans la revue hebdomadaire Notre Combat. Il est consacré à la menace aux civils. On accuse une invention allemande datant de 1914. On observe sa première utilisation à grande échelle contre la Pologne en 1939...

mercredi 6 juillet 2016

Nordiska Kompaniet // catalogue Triva KD 1946


.
Parmi les grandes légendes du design, voici un rare catalogue, tout juste rentré dans la collection GG. De 1946, il marque la naissance du mobilier scandinave en kit : Nordiska Kompaniet Triva knock down furniture. Conçue pour l'exportation, cette gamme de meubles transportables, nommée Triva (trivas : prospérer, se plaire, en suédois), a été développée par Elias Svedberg et son équipe (composée d'une vingtaine de designers, incluant Kerstin Horlin-Holmqvist, Lena Larsson, David Rosen, Astrid Sampe, Erik Worts, etc.), en réponse à un concours lancé par une guilde d'artisans suédois vers 1945, pour " les besoins de la famille moderne et adapté à la production de masse. " Ce style de mobilier avait déjà fait une apparition remarquée avec la Swedish Modern durant la New-York World Fair's en 1939 (Elias Svedberg // NK). Les premiers modèles Triva figurent ensuite dans l'aménagement d'une maison témoin de la cité jardin de Malmö (NK // Cité de Malmö). En 1946, la Team d'Elias Svedberg a pleinement développé le principe du mobilier dit assemblable, au format des paquets postaux. Les KD (knock-down, littéralement "abattu", à bas, en anglais) de la NK peuvent être livrés à travers tout le pays, mais aussi aux États-Unis, au Royaume-Uni, en France, dans le monde entier... Ce qui a été inventé pour pallier à la dispersion des populations dans le territoire scandinave devient un atout majeur pour l'exportation internationale. C'est ainsi que les KD et leur légèreté légendaire vont inspirer la célébrissime firme suédoise Ikea, certains modèles vont être intégrés dans les catalogues Knoll et ils influenceront aussi des créateurs français comme Jean Royère, Marcel Gascoin, Pierre Paulin, Jacques Hauville... Toutefois, il ne faut pas exagérer en croyant que la Suède est une exception mondiale, elle prolonge et amplifie une "modernité sociale" issue des Arts & Crafts qui préexiste dans toute l'Europe et aboutit sur les meubles pour sinistrés en France et en Angleterre. La puissance scandinave vient en grande part du fait d'avoir été épargnée par la guerre. L'Europe du nord peut exporter en quantité – sans se soucier des pertes industrielles ou des sinistrés – en mobilisant ses capacités productives dans une finalité plus commerciale. C'est la petite histoire que raconte cet impeccable catalogue, incluant une quarantaine de modèles sur quarante pages, tout en papier glacé, relié avec des vis en laiton, couvert par une toile de teinte naturelle imprimée "NK", avec, à l'intérieur, quelques stupéfiantes photographies...